Les fiançailles turques

0 Partages
0
0
0

Les fiançailles turques se déroulent de manière très similaire au niveau international, que ce soit dans des familles très traditionnelles et conservatrices ou dans des familles plus modernes. Comme beaucoup de fêtes, c’est un événement pour toute la famille, qui n’est pas seulement célébré en petit comité, mais qui implique une grande partie de la famille.

Kiz Isteme – La demande en mariage

Le Kis Isteme est le premier pas sur le chemin des fiançailles turques. À l’instar de la demande en mariage de la future épouse, connue dans de nombreuses autres cultures, le père du futur époux s’approche du père de l’épouse potentielle et lui demande sa bénédiction. Dans les familles modernes, c’est généralement l’homme qui fait la demande en mariage à sa bien-aimée avant, le Kis Isteme et les autres étapes ne se font qu’en aval. Dans les familles traditionnelles, le mariage est d’abord convenu entre les parents, et là encore, on demande aux enfants s’ils souhaitent s’unir. Les mariages arrangés se font de plus en plus rares. Souvent, la famille du mari apporte un petit cadeau à cette occasion, des douceurs turques comme le baklava, des chocolats et des fleurs sont courantes.

Le plan est ensuite officiellement scellé autour d’un café. Une petite surprise est généralement réservée au futur marié, car à cette occasion, son café est préparé avec du sel et du citron de façon à être à peine buvable. Il doit le boire, si possible sans rien laisser paraître, pour symboliser le fait qu’il soutiendra sa future épouse dans les bons comme dans les mauvais moments.

Comme beaucoup d’autres traditions turques liées aux fiançailles et au mariage, cette étape a notamment pour but de permettre aux deux familles de mieux se connaître.

Söz Kesme – La promesse et la première connexion des anneaux

Comme pour l’étape précédente, sans la famille, les fiançailles turques ne fonctionnent pas. Les anneaux ne sont pas unis l’un à l’autre, le déroulement est le suivant. Les anneaux sont placés sur un plateau en argent décoré et orné avec soin et reliés par un cordon rouge ou un ruban de soie. Le chef de famille du futur marié réunit ensuite les anneaux et coupe le ruban rouge avec des ciseaux. À ce stade, les fiançailles turques ne sont pas encore considérées comme consommées, mais il s’agit d’une promesse. Les fiançailles proprement dites sont célébrées dans le cadre d’une cérémonie séparée, qui suit peu après.

Traditionnellement, il n’y a pas de bagues de fiançailles en Turquie, les bagues qui ont été réunies sont donc immédiatement les futures alliances. Toutefois, compte tenu de la beauté d’une bague de fiançailles avec diamants, une bague supplémentaire est tout à fait autorisée et appréciée dans les familles plus modernes.

Le long ruban rouge est ensuite coupé en de nombreux petits morceaux et tous les invités, dans le cas du Söz Kesme, le cercle le plus proche de la famille réunit dans un cadre privé, reçoivent un morceau en souvenir. Il est considéré comme un porte-bonheur.

Nisan – La fête des fiançailles proprement dite

Contrairement aux mariages, auxquels toute la famille est traditionnellement présente dans les familles turques, les fiançailles sont célébrées dans un cercle plus restreint. Dans une famille turque, cela ne signifie en aucun cas qu’il n’y a qu’une douzaine de convives à table, il y en a rarement moins de 50 et certaines fiançailles turques sont célébrées avec 200 invités.

La cérémonie de fiançailles est similaire au déroulement du Söz Keme. Les anneaux sont à nouveau reliés par un ruban rouge, puis ils sont unis et le ruban est coupé, mais cette fois par un membre de la famille de la mariée. La robe de la femme est souvent très élaborée, presque comme une robe de mariée. Il n’y a pas de règles précises concernant la robe, seules les couleurs noir ou blanc sont taboues.

Un élément essentiel de la fête est le taki, qui se traduit simplement par “parure”. La famille de l’homme offre des bijoux en or à la femme et d’autres invités offrent des pièces d’or ou de l’argent au couple. L’ampleur du cadeau est généralement calculée en fonction du degré de parenté, les proches parents donnant plus que les parents plus éloignés. Dans le cadre des fiançailles turques, le taki a une raison d’être très pratique : la future mariée doit être protégée avant le mariage au cas où il arriverait quelque chose à son mari. C’est pourquoi, à l’exception des parents de la mariée qui offrent le mobilier de la maison, les cadeaux lors des fiançailles turques se limitent aux objets de valeur et à l’argent. Souvent, un porte-parole annonce quels cadeaux ont été offerts, lésiner peut vite être perçu comme un manque de respect.

Le Nisan Bohcasi en fait également partie. La femme comme l’homme reçoivent de leurs parents leur propre bahca, que l’on peut traduire par baluchon. Autrefois, il s’agissait d’un tissu brodé à la main dans lequel on enveloppait un cadeau particulier et pratique. Volontiers des vêtements ou des accessoires de qualité, quelque chose qui fait plaisir au quotidien. Aujourd’hui, le baluchon classique est souvent remplacé par des coffres richement décorés, disponibles dans les magasins de mariage turcs.

0 Partages
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous pouvez également aimer